Contact Us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right. 

           

123 Street Avenue, City Town, 99999

(123) 555-6789

email@address.com

 

You can set your address, phone number, email and site description in the settings tab.
Link to read me page with more information.

Bylot Island_8 credit Christian Marcotte.jpg

Cercle autochtone d'experts


Biographies des membres du Cercle autochtone d'experts

Eli Enns - coprésident

Eli est un politologue nuu-chah-nulth canadien et un expert de renommée internationale en conservation du patrimoine bioculturel. Il est un agent de développement communautaire et un politologue canadien qui se concentre sur la loi constitutionnelle, la géopolitique et la gouvernance écologique. Eli possède de l’expérience en administration de programmes des Premières Nations, en gestion de projets d’immobilisations, en collecte de fonds, en logement écologique et culturellement approprié, et en exécution de projets d’énergie renouvelable dans les collectivités éloignées ainsi que dans le domaine des systèmes de gestion des déchets liquides et solides à petite échelle. Toute cette expérience a été acquise dans un contexte favorisant l’exploration de nouvelles voies vers la certitude économique dans l’ère de la réconciliation.

Cofondateur du parc tribal Ha’uukmin dans la réserve de la biosphère de la baie Clayoquot désignée par l’UNESCO et située sur l’île de Vancouver, Eli est assistant à la recherche dans le cadre du projet POLIS sur la gouvernance écologique à l’Université de Victoria et coordonnateur régional en Amérique du Nord du consortium des aires et territoires du patrimoine autochtone et communautaire.

Danika Littelchild - coprésidente

Danika Billie Littlechild est membre de la Nation crie Ermineskin à Maskwacis, en Alberta, territoire du Traité nº 6. Danika est avocate et elle travaille dans la communauté où elle vit. Sa pratique est axée sur les questions liées aux lois autochtones, aux droits et à la santé des peuples autochtones, à l’accès à l’eau potable pour les Premières Nations, et au renforcement de la gouvernance autochtone. Danika en est maintenant à son deuxième mandat en tant que vice-présidente de la Commission canadienne pour l’UNESCO. Danika a également été nommée cette année au sein du Conseil d’administration de Mines Alerte Canada. La pratique de Danika comprend aussi le travail international de défense des peuples autochtones auprès des Nations Unies, particulièrement dans ses consultations avec les conseillers juridiques du Conseil international des traités indiens, une ONG internationale dotée du statut consultatif auprès du Conseil économique et social. Danika est membre du Comité consultatif à la magistrature fédérale pour la province d’Alberta et lauréate du prix Esquao (2015) ainsi que du prix du Programme national des modèles autochtones en justice de l’Alberta (2015). Danika détient un baccalauréat spécialisé en droit de l’Université de Toronto et une maîtrise en droit de l’Université de Victoria.

 

Le NOYAU du CAE

 
Baptiste 2.jpg

Marilyn Baptiste - Conseillère de la Première Nation Xeni Gwet’in

Marilyn Baptiste est conseillère et ancienne chef de la Première Nation Xeni Gwet’in en Colombie-Britannique, qui représente l’une des six Premières Nations qui forment la Nation Tsilhqot’in. Le territoire occupé par ce peuple a reçu le statut de titre ancestral dans le cadre d’une décision rendue en 2014 par la Cour suprême du Canada.

Marilyn est cofondatrice de l’organisme First Nations Women Advocating Responsible Mining, qui s’oppose aux projets d’exploitation minière sur le territoire Xeni Gwet’in. Elle a collaboré avec les dirigeants communautaires du peuple Yunesit’in et ceux de la Nation élargie Tsilhqot’in afin de protéger de façon permanente le lac Teztan Biny (lac Fish) et la zone environnante pour en faire le parc tribal Dasiqox. Grâce à ses efforts visant à mener sa collectivité à la victoire sur un important projet d’exploitation minière et à préparer des demandes en vue de l’examen du secteur minier de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale, Marilyn est lauréate du Prix international Goldman pour l’environnement de 2015, le prix le plus prestigieux au monde pour l’activisme écologique populaire.

 
Goodon.jpg

William Goodon - Ralliement national des Métis

William Goodon a bâti sa carrière grâce à une combinaison d’entrepreneuriat et de services communautaires. Encouragé par ses parents à chercher des possibilités d’affaires, M. Goodon a saisi l’occasion de travailler pour la Nation métisse au gouvernement métis, où il a exercé diverses fonctions. En outre, en partenariat avec son père, M. Goodon élabore actuellement des projets de motel au sud-ouest du Manitoba. Il possède des motels à Deloraine, à Boissevain et à Killarney. M. Goodon continue de travailler pour le gouvernement métis en tant que facilitateur, consultant et président d’assemblée. En juin 2014, M. Goodon a été élu au gouvernement métis du Manitoba – la Fédération métisse du Manitoba – en qualité de représentant du conseil provincial pour la région du Sud-Ouest. Le président Chartier l’a par la suite nommé ministre de la gestion des propriétés et du logement.

 
Nitah.jpg

Steven Nitah - Première Nation Lutsel K’e Dene

Steven Nitah est négociateur pour la Première Nation Lutsel K’e Dene et conseiller pour l’Initiative de leadership autochtone. Ancien député territorial élu à l’Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest, Steven a également été élu chef de la Première Nation Lutsel K’e Dene en 2008 et il a exercé le poste de directeur général au sein de la Denesoline Corporation, la branche du développement économique de la Première Nation Lutsel K’e Dene.

Steven a été négociateur en chef de la part de la Première Nation Lutsel K’e Dene auprès du gouvernement du Canada en vue de l’établissement d’une zone protégée à Thaidene Nëné, qui serait un domaine de compétence partagée entre le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest, la Couronne et le gouvernement des Premières Nations. Steven continue de jouer un rôle essentiel en communiquant avec les différents ordres de gouvernement et l’industrie afin de gagner l’appui pour la vision de Thaidene Nëné et de la faire valider.

 
Perreault.jpg

Pamela Perreault - Forest Stewardship Council

Pamela Perreault est membre de la Première Nation de Garden River en Ontario. Sa carrière dans le milieu universitaire et en consultation l’a amenée partout au Canada et à l’étranger afin de connaître et de comprendre le lien entre les paysages forestiers et les peuples autochtones. De 1997 à 2014, elle a vécu en Colombie-Britannique, mais a travaillé activement avec les collectivités et organismes des Premières Nations à l’échelle du Canada sur les questions concernant les ressources naturelles, notamment l’élaboration et la mise en œuvre de politiques de consultation, la gestion des ressources forestières, l’aménagement territorial, les ressources forestières non ligneuses, la recherche communautaire, et la gouvernance autochtone en ce qui a trait aux terres et aux ressources. En 2014, Pamela est retournée chez elle au sein de la Première Nation de la Garden River, accompagnée de son mari et de son fils.

Pamela travaille au Forest Stewardship Council (FSC) Canada comme coordonnatrice des Initiatives pour les Autochtones et surveille l’évolution du projet sur les droits ancestraux dont le consentement préalable a été donné librement et en connaissance de cause dans le cadre du processus de révision de la norme d’aménagement forestier de FSC Canada. Pamela a été chercheuse universitaire à l’Université d’Auckland, en Nouvelle-Zélande, membre du Conseil des sciences forestières du ministère des Forêts de la Colombie-Britannique, coordonnatrice de programme à la Faculté de foresterie de l’Université de la Colombie-Britannique, et professeure d’université à Haida Gwaii et à l’Université Algoma, à Sault Ste. Marie. Elle possède un diplôme en biologie spécialisé en écologie des eaux douces de l’Université de Waterloo ainsi qu’une maîtrise ès sciences en foresterie de l’Université de la Colombie-Britannique. Elle est coéditrice du recueil Aboriginal Peoples and Forest Lands in Canada (UBC Press 2013).

 
Planes.jpg

Chef Gordon Planes - Chef de la Première Nation des T’Sou-ke

Le nom traditionnel de Gordon est Hya quatcha. Il a été nommé ainsi en l’honneur de son arrière-grand-père de Scia-new, le peuple du saumon. Il a été élu chef de la Première Nation des T’Sou-ke, fonction qu’il exerce depuis neuf ans. Auparavant, il a été gestionnaire des opérations de l’arrière-pays du sentier de la Côte-Ouest à Parcs Canada. Il est directeur du Conseil consultatif des terres, qui surveille la gestion des terres des Premières Nations à l’échelle du pays, et secrétaire du conseil tribal Naut’samawt. Gordon est sculpteur pour les Salishs du littoral, artiste, chanteur traditionnel et capitaine de canot traditionnel depuis deux décennies. Gordon avait d’abord accepté un poste de trois ans pour travailler au sein de sa collectivité en vue de ressusciter le Sencoten, la langue des détroits du Nord.

Gordon et sa femme Marcella vivent actuellement dans le village de Siaosun, et ils ont six enfants et quatre petits-enfants. Il collabore étroitement et régulièrement avec la collectivité sur le plan de l’énergie renouvelable, de la sécurité alimentaire, de la renaissance culturelle et du développement économique.

 
Scurr.jpg

Curtis Scurr - Assemblée des Premières Nations

Curtis possède un diplôme en géographie de l’Université de Carleton. Il a travaillé dans les domaines de la recherche, de la politique et de la promotion, et il a acquis plusieurs années d’expérience dans ceux de l’environnement autochtone, de la politique en santé environnementale et des questions d’ordre législatif.

Curtis possède plusieurs années d’expérience, tant au gouvernement que dans le secteur privé, particulièrement dans les domaines de la santé environnementale, des changements climatiques, des espèces en péril et de la biodiversité. Tout au long de sa carrière, Curtis a travaillé comme agent de recherche, analyste de politiques ainsi que coordonnateur du Conseil autochtone national sur les espèces en péril.

En tant qu’analyste de politiques à l’Unité de l’environnement de l’Assemblée des Premières Nations, Curtis continue de se consacrer surtout aux questions de nature environnementale pour les Premières Nations, notamment en ce qui concerne les changements climatiques, ainsi que la conservation et la protection des espèces et des habitats.

 
Sousa.jpg

Eduardo Sousa - Sous-comité de la forêt pluviale du Grand Ours

Eduardo Sousa travaille depuis neuf ans comme militant principal pour les forêts chez Greenpeace en vue de l’application efficace de l’entente primée de renommée mondiale sur la forêt pluviale du Grand Ours avec les Premières Nations, le gouvernement de la Colombie-Britannique et l’industrie forestière.

Avant de s’établir sur la côte Ouest, Eduardo a travaillé pendant plusieurs années au sein du Conseil des Canadiens pour l’Ontario et le Québec comme organisateur pour les questions de politique publique liées aux soins de santé, à l’eau, au commerce et aux relations entre le Canada et les États-Unis. Eduardo a également travaillé en tant que planificateur environnementaliste et coordonnateur de projets spéciaux pour les parcs de Toronto. Il possède une maîtrise en études de l’environnement de l’Université York à Toronto qui est spécialisée en planification relative aux bassins hydrographiques et en mobilisation de la collectivité. Il est également titulaire d’un baccalauréat spécialisé en anthropologie socioculturelle et en études de l’environnement de l’Université de Victoria et de l’Université de Toronto. Eduardo a rédigé différents articles sur l’administration des bassins hydrographiques et l’histoire environnementale qui ont été publiés dans des livres et des revues.

Eduardo est représentant du sous-comité de la forêt pluviale de Grand Ours du Cercle autochtone d’experts, qui est composé de Jess Housty, conseillère de la bande Premières Nations Heiltsuk et directrice de la gérance de la Qqs Projects Society, et Doug Neasloss, conseiller en chef de la Première Nation des Kitasoo/Xai’xais et directeur de l’intendance des ressources. Par l’intermédiaire du sous-comité, Eduardo transmet au Cercle autochtone d’experts l’expérience et l’expertise acquises au chapitre de la conservation de la forêt pluviale de Grand Ours.

 
Tetreault.jpg

Chantal Otter Tétreault - Coordinatrice des aires protégées pour le gouvernement de la nation crie

Chantal est issue de la collectivité crie de Wawanipi au Nord du Québec (Eeyou Istchee). Elle est coordonnatrice des aires protégées au sein du ministère de l’Environnement et des Travaux de remise en état de la nation crie. Chantal participe également à l’initiative d’intendance et de conservation de la nation crie à Eeyou Istchee, à savoir le territoire traditionnel des Cris du Nord du Québec, comme membre de la Commission d’aménagement de la région marine d’Eeyou et du Comité directeur des zones de protection Eeyou. Chantal représente aussi le gouvernement de la nation crie au sein du Comité consultatif sur l’environnement de la Baie James, qui supervise l’administration du régime de protection environnementale et sociale établi par la Convention de la Baie-James et du Nord québécois. Chantal possède un diplôme en géographie de l’Université Concordia. Elle a suivi une vaste formation sur le système d’information géographique (SIG) et l’analyse environnementale. Chantal habite à Montréal et elle a hâte de transmettre son expérience en conservation au travail au Cercle autochtone d’experts.

 
Young.jpg

Lisa Young - Directrice générale de l’Institut de ressources naturelles Unama’ki

Lisa Young est directrice générale de l’Institut de ressources naturelles Unama’ki (UINR), une organisation Mi’kmaw de renommée qui se consacre à la gestion de l’environnement et des ressources naturelles. Lisa a gagné les rangs de l’UINR peu de temps après avoir obtenu son baccalauréat en biologie de l’Université York.

Elle a été gestionnaire principale et directrice de l’administration de l’UINR avant d’en devenir la directrice générale, en 2006. Sa participation à la formation sur le perfectionnement de la direction et le leadership autochtone au Banff Centre constitue l’un des faits saillants de sa formation. Les tâches de Lisa, en tant que directrice générale, comprennent notamment l’élaboration de programmes, la collaboration avec le personnel à la conception et à la gestion de projets, et la participation à l’établissement de l’orientation globale de l’UINR.

Lisa fait partie de nombreux comités, dont le comité Pitu’paq, le comité chargé de la Bras d’Or Lakes Collaborative Environmental Planning Initiative, le Comité consultatif de la foresterie Mi’kmaq et le Comité consultatif sur l’action pour le climat et l’environnement.

 

Les membres fédéraux, provinciaux et territoriaux du CAE

 
Bawtinheimer.jpg

Brian Bawtinmeimer – Colombie-Britannique

Depuis plus de 25 ans, Brian travaille à la fonction publique de la Colombie-Britannique, où il exerce des fonctions de leadership dans la gestion des ressources et l’aménagement du territoire. Les dossiers sur lesquels il travaille touchent notamment aux aires protégées, à la conservation, aux loisirs de plein air, à la gestion des écosystèmes, à la foresterie ainsi qu’à la planification terrestre et maritime. Il possède une longue expérience de la collaboration avec les collectivités et les administrations autochtones pour la mise en place de nouvelles approches de cogestion des aires protégées dans le cadre de vastes accords de réconciliation d’administration à administration. Brian siège actuellement au Conseil de gestion de Haida Gwaii, et il a déjà été représentant provincial et ancien président du Conseil canadien des parcs et de la Commission des rivières du patrimoine canadien. Il continue de participer à des travaux liés à des aires protégées ailleurs dans le monde, notamment à titre de conseiller bénévole pour la gestion des parcs nationaux de la Thaïlande.

 
Brook.jpg

Lillith Brook – Territoires du Nord-Ouest/p>

Lillith Brook facilite la réalisation d’initiatives multipartites de planification de la conservation aux Territoires du Nord-Ouest depuis 17 ans. Dans l’exercice de ses fonctions actuelles de planificatrice principale de la conservation pour le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles des Territoires du Nord-Ouest, elle dirige la création d’un réseau de conservation aux Territoires du Nord-Ouest. Sa vision repose sur une participation significative des peuples autochtones à la création et à la gestion d’aires protégées. Ce dialogue national sur les aires de conservation autochtones est à la fois opportun et inspirant pour la création d’un réseau de conservation renforcé aux Territoires du Nord-Ouest.

 
Doyle.jpg

Marlene Doyle – Affaires autochtones et du Nord Canada

Marlene Doyle est spécialiste en gestion de l’environnement à la Direction de l’environnement d’Affaires autochtones et du Nord Canada. Elle conçoit des approches coordonnées pour l’évaluation et la surveillance écologiques depuis près de 15 ans. De 2011 à 2015, Marlene a représenté le Canada au groupe directeur chargé des espèces terrestres dans le cadre du Programme de surveillance de la biodiversité circumpolaire; c’est à ce titre qu’elle a participé à l’élaboration d’un plan de surveillance des espèces terrestres de l’Arctique. Elle a aussi appuyé la mise en œuvre de ce plan en travaillant avec des collègues du Nord canadien et d’ailleurs dans le monde.

Avant d’exercer ces fonctions, Marlene a contribué à la mise au point et à la diffusion d’outils pour améliorer la surveillance de l’environnement, notamment des mécanismes de surveillance communautaire, à titre d’agente scientifique au Bureau de la coordination du Réseau d’évaluation et de surveillance écologiques. Elle a également dirigé une initiative de recherche pour cartographier les services écosystémiques dans de vastes régions du Canada. Marlene fournit actuellement un soutien stratégique à l’Initiative de gestion des déchets solides des Premières Nations et dirige un projet pilote pour mobiliser et appuyer les Premières Nations dans le dossier de la collecte et de la gestion de données environnementales.

 
Duguid.jpg

Scott Duguid – Alberta

Scott Duguid compte à son actif plus de 10 ans d’expérience de travail en compagnie ou en faveur des groupes autochtones de l’Alberta et des Territoires du Nord-Ouest. Depuis sept ans, il travaille à la fonction publique de l’Alberta, où il a détenu des postes au ministère de l’Environnement, au ministère de l’Environnement et du Développement durable des ressources et au ministère des Relations avec les Autochtones. Scott est actuellement directeur des consultations au Secrétariat de l’aménagement du territoire. Les fonctions qu’il a exercées antérieurement à Affaires indiennes et du Nord Canada et à l’Office des terres et des eaux du Sahtu lui ont permis d’acquérir une perspective solide sur l’aménagement du territoire, la conservation et la gestion d’aires protégées par les Autochtones. Scott s’est vu attribuer le titre de sage honoraire par la Première Nation nakoda (sioux) d’Alexis, et il participe activement aux activités traditionnelles des Autochtones.

 
Dyck.jpg

Paul Dyck – Parcs Canada

Paul Dyck est conseiller principal des initiatives autochtones au Secrétariat d’En route vers l’objectif 1 du Canada, qui appuie le Cercle d’experts autochtones. Avant d’entrer en fonction au Secrétariat, il agissait comme gestionnaire des négociations de Parcs Canada pour l’Ouest canadien, et son travail était axé principalement sur la négociation de traités avec les Premières Nations de la Colombie-Britannique. Pendant ses dix années à la fonction publique fédérale, Paul a participé à diverses négociations locales, à la mise en œuvre de traités et d’autres accords, à la création d’aires protégées ainsi qu’à l’élaboration de politiques et de lignes de conduite nationales pour appuyer les droits autochtones et le travail concerté dans les parcs nationaux, les aires marines nationales de conservation et les lieux historiques nationaux. Originaire de Calgary, en Alberta, Paul vit dans la région du Grand Vancouver avec sa conjointe, Amber. Il a fait des études en sciences politiques et a obtenu son B.A. de l’Université de Calgary et sa M.A. de l’Université de Victoria.

 
Susanne.jpg

Susanne Emond – Environnement et Changement climatique Canada

Depuis 2010, Susanne Emond exerce les fonctions d’analyste des politiques pour le Programme des aires protégées d’Environnement et Changement climatique Canada. Elle travaille à la création et à la gestion du réseau d’aires protégées du Ministère, et ses fonctions l’amènent à collaborer avec les administrations autochtones et les habitants du Nord canadien. Pendant quelques années, Susanne a vécu à Iqaluit, où elle a travaillé à la mise en œuvre de l’entente sur les répercussions et les avantages pour les Inuits des réserves nationales de faune et des refuges d’oiseaux migrateurs de la région du Nunavut. Elle possède de solides antécédents dans les processus de participation communautaire. Avant d’accepter un poste à la fonction publique fédérale, Susanne a travaillé pendant plusieurs années pour des organisations sans but lucratif, où elle a concentré ses efforts sur des mesures visant à combler l’écart entre la conservation de la biodiversité et le développement international. Elle a élaboré des stratégies pour amener les collectivités à participer à la prise de décisions sur les ressources naturelles, par exemple par la gestion et l’élaboration de plans d’aménagement du territoire pour des aires protégées en Amérique latine, en Afrique et en Asie. Susanne a également effectué du travail de recherche et de défense de politiques dans des dossiers touchant aux droits de la personne dans le contexte des minerais de conflit, en tant que collaboratrice au Processus de Kimberley, mécanisme des Nations Unies pour l’éradication des diamants de la guerre.

 
Hardy.jpg

Elaine Hardy – Ontario

Elaine Hardy compte déjà plus de 20 ans d’expérience comme conseillère en politiques environnementales et en aménagement du territoire au sein de la fonction publique de l’Ontario. Elle a d’abord fait des études en planification régionale et en urbanisme à l’Université de Waterloo, avant d’obtenir une maîtrise en études environnementales (planification) à l’Université York de Toronto. Depuis cinq ans, Elaine travaille à la Direction du Grand Nord du ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l’Ontario, où elle fournit un soutien stratégique au Ministère pour l’élaboration de plans d’aménagement du territoire conjointement avec les Premières Nations du Grand Nord de l’Ontario (42 % du territoire de la province). Elle dirige actuellement l’élaboration d’une stratégie qui, une fois terminée, servira de guide aux équipes de planification mixtes du gouvernement provincial et des Premières Nations pour la préparation de plans d’aménagement du territoire dans le Grand Nord. Auparavant, Elaine a travaillé au ministère de l’Environnement de l’Ontario, où elle était affectée principalement à des dossiers touchant à l’évaluation environnementale et à l’énergie. C’est à ce titre qu’elle a dirigé l’élaboration des exigences en matière d’évaluation environnementale pour les projets d’électricité et qu’elle a participé à l’élaboration des critères d’approbation des projets d’énergie renouvelable. Elaine vit et travaille à Toronto, et elle aime faire du canot et partager de bons moments en famille à son chalet, dans le Nord de l’Ontario.

 
Mather.jpg

Susan Mather – Pêches et Océans Canada

Susan J. Mather (M.A., maîtrise en études environnementales appliquées) est planificatrice en environnement, analyste, animatrice et historienne. Son travail et ses études sont axés principalement sur la conservation de la nature et les liens entre nature et culture. Forte de plus de 20 ans d’expérience professionnelle, Susan travaille actuellement dans le dossier de la conservation des zones marines à titre de conseillère en gestion écosystémique au sein de l’équipe de gestion des océans de Pêches et Océans Canada. Dans l’exercice de ses fonctions antérieures de planificatrice à Parcs Canada, elle a dirigé l’élaboration de plans directeurs pour plusieurs parcs nationaux et lieux historiques nationaux du Canada. Les liens unissant les peuples autochtones aux aires protégées passionnent Susan depuis toujours. Pendant ses études universitaires, elle a notamment exploré le thème de la création du parc Stanley, à Vancouver, en tant qu’acte colonialiste imposé à un lieu qui avait déjà une signification dans le monde des Salish de la côte. Avant de se joindre à la fonction publique fédérale, Susan a travaillé pendant plusieurs années comme experte-conseil en histoire pour des administrations autochtones. Elle a également déjà œuvré pour le compte de plusieurs organisations sans but lucratif, à savoir la Société de conservation de la faune, Canards Illimités Canada et la Fédération canadienne des municipalités.

Susan habite à Ottawa, et elle consacre ses temps libres au jardinage, à la méditation et à la baignade dans les rivières et les lacs de l’Est de l’Ontario et de l’Ouest du Québec. Elle apprend actuellement l’art de la narration et espère pouvoir raconter des récits qui transmettent la sagesse intemporelle inhérente à une relation saine avec le monde naturel.

 
Soehl.jpg

Tom Soehl – Nuovelle-Écosse

Tom travaille à des dossiers touchant aux Autochtones au sein de la fonction publique de la Colombie-Britannique et la Nouvelle-Écosse depuis plus de 20 ans. Il a participé à la négociation de traités et de droits autochtones, à des consultations, à des travaux d’aménagement du territoire et à une gamme variée d’initiatives de cogestion. Tom exerce actuellement les fonctions de directeur des politiques autochtones au ministère des Ressources naturelles de la Nouvelle-Écosse, organe responsable des parcs provinciaux, de l’administration des terres publiques, de la foresterie, des ressources minérales et de la gestion de la faune dans la province. Il détient notamment une M.Sc. en gestion des ressources et de l’environnement de l’Université Simon Fraser.